Un beau voyage en Israël

Un carnet de vol fabuleux ,au pays de la Mer Morte , offert par Valérie de Reymaeker et de son Piper Cub  » Lady Bush  ».

Savourez et rêvez en parcourant avec elle ces paysages bibliques , lunaires, parsemés d’authentiques rencontres humaines.

Partageons ses émotions, laissons nous emportez quelques instants à (moins) – 1266 ft sous terre..

Bon voyage à tous.

Comme , elle , je vous invite à nous envoyer vos aventures , vos émotions.Tout voyage est beau et vaut la peine d’être partagé.

Joelle Gerin

Ma journée de vols en Israël le jour de mon anniversaire est la journée la plus mémorable et la plus magnifique de ma vie!

Vols biblique, le dépaysement fut garanti, dépaysement complet entre les différents vols de la journée, dépaysement complet dans l’espace temps, dépaysement incroyable entre les gens rencontrés…

Quel beau cadeaux mes amis! Merci!

Décollage de Haifa où je retrouve mon avion avec grand plaisir, quelque peu ensablé mais il est dans son pays d’origine, connais le climat…

Nous virons vers l’Est après le décollage afin de traverser une chaine de collines qui nous mènent au lac de Tibériade! Moment biblique en soi, nous voici sur les traces de l’histoire!

Nous survolons, Aharon et moi-même les rives du lac vers le sud, à notre droite : la montagne de Gilboa où le roi Saul, premier roi d’Israël y mena bataille contre les Philistins. La bataille se termina part la chute de Saul sur sa propre épée et ses fils : Jonathan, Abinadab et Melchishua morts dans la bataille. C’est David qui leur succéda.

A notre gauche en direction du sud : la vallée du Jourdain marquant la frontière entre Israël et la Jordanie, à notre droite : des montagnes et collines aux élévations plus élevées.

Soudain, au sommet de ces montagnes de sable, variants entre l’ocre clair à l’ocre plus foncé, on a l’impression de s’illusionner un mirage dans cette           atmosphère légèrement brumeuse mais non! C’est bel et bien Jérusalem! Imposante dans cette nature vierge.

Nous approchons rapidement de la mer morte aux coloris nettement plus tropicaux, les rives salées se dessinent telles des dentelles blanches entre les plages de sable doré et l’eau turquoise… Splendide!

Je trépigne d’impatience de découvrir Masada et oui, elle est là cette forteresse dominant toute la vallée sur son sommet rocheux surplombant la mer morte et ses alentours.

Nous nous y dirigeons afin d’en faire le tour et descendre vers la piste en bordure de mer morte : Masada Airfield!

Et là, enfin, ce qui m’excitait et que j’attendais depuis si longtemps : le vol en altitude négative! Mon altimètre descends jusqu’à zéro et alors que je suis en vol dans ce paysage superbe, grandiose et biblique, me voici sous zéro et l’altimètre continue à descendre… j’atterri et mon altimètre indique -1266 ft! Absolument TOUT est hors du commun dans cette vallée!

J’y suis accueillie comme une personnalité importante par un jeune ultra cool, nous profitons Aharon et moi quelques temps de ce lieu paisible, silencieux, hors du temps, hors de la surface de la couche terrestre…

L’air est sec, chaud, une très légère brise tiède nous fait quitter notre somnolence et nous redécollons vers ARAD Airfield que nous atteignons après à peine 15 minutes de vol et le paysage est totalement autre !

Nous sommes maintenant en altitude positive, dans un paysage aride et sablonneux, la piste est perdue et parsemée de voitures !

Nous sommes obligés de faire quelques low pass remarqués pour pouvoir atterrir.

Emmanuel et son épouse nous rejoignent et nous empruntons une piste escarpée et bosselées pour rejoindre un campement de Bédoins où nous nous régalons d’un délicieux lunch.

Le dépaysement est étonnant et tout autre, la vie des bédoins est à l’extrême opposé de la mienne, je me pose des questions : qui a raison ? Pourquoi ne pas se contenter de fumer des clopes en buvant le thé dans le désert ? Au lieu de courir et s’énerver sous la pluie et la grisaille bruxelloise ?

Nous retournons à Arad et redécollons en direction du Ramon Crater dans le désert du Negev.

En chemin, nous frolons la base militaire de Beer Sheva, là où mon avion a travaillé pendant 36 ans !

Mon avion est de retour à la maison !

Je n’en peux plus de prendre des clichés de ce désert chaud, acceuillant et surprenant.

Le Ramon Crater s’ouvre devant nous et le controleur nous demande de rejoindre la route vers Teman, notre destination finale de la journée.

Nous remontons vers le Nord, survolons Beer Sheva et atterrissons à Teman.

Je suis une femme COMBLEE !

– Valérie Dereymaeker

1 Commentaire

  1. andré ODINOT

    j y vais en septembre avec qui peut on organiser un tel trip ?

    Répondre

Laisser un commentaire